Quel bel adage
Que celui de faire barrage !
Je ne sais quel courage,
Il faut pour appeler à cet enfantillage.

Petit j’érigeais des barrages
De pierres et de branchages.
Les pieds au sec sur le rivage,
Je regardais les flots dépasser mon empilage.

Voyez-vous d’un côté du barrage
Il y a ce que l’on empêche de fuir : l’otage.
Et de l’autre ce que l’on rejette : le délestage !
Peu importe la taille de l’ouvrage,
Pour éviter que ça déborde, il faut un passage.

Voyez-vous, c’est à travers ce passage
Qu’une énergie et une force se dégagent.
C’est de cette énergie que se créera l’allumage,
Pourquoi fermer la brèche de votre bétonnage ?

À ériger d’imperméables barrages
Nous en oublions le délestage.
Laissant moisir dans l’ombrage
Ce qui échappe à votre barrage.

Entre fantasme et radotage
Ce sombre voisinage
Appelle au sabotage
Et attire davantage.

Et que faites-vous en haut de votre barrage ?

Shares