En ce 23 août le Hashtag, entendez par ce mot le petit symbole #, fête ses 10 ans. Symbole omniprésent de l’internet, star de Twitter et des réseaux sociaux, il révolutionne l’art de la communication, il devient la convoitise du marketing.
Retour sur cet étendard, rassembleur de foules, ouvreur de flux, archiveur de contenus, indicateur de tendance.

#JeNeSuisPasTonFils

Contrairement aux idées reçues, le hashtag n’est pas créé par Twitter, mais simplement adopté à la suite d’une proposition d’un utilisateur. On associe la paternité du hashtag à un ancien ingénieur de Google : Chris Messina.

Il faudra attendre 2009 pour que Twitter intègre le hashtag sous forme de mot cliquable.

#JeDateDesSixties

Là encore, soyons précis. Le symbole # (croisillon) n’a pas attendu Chris Messina pour exister. Il suffit de regarder le clavier du téléphone de Mamie (ou de Papi) pour découvrir ce # en bas à droite.

Dès le début de l’informatique des années 60, le # était utilisé, que ce soit pour signifier le terme « no » sur les cartes perforées, être associé à des services précis ou indiquer une priorité. C’est avec l’arrivée du langage C (langage de programmation) en 1978 que le # est associé à un mot-clé afin de prioriser des directives au sein d’un programme (je reste simpliste).

On le retrouve ensuite dès 1988 avec l’arrivée du protocole IRC (les Tchat et autres communications instantanées). Le hashtag prend alors le sens que lui donne Chris Messina dans son tweet. Il sert à classer les discussions par thématique.

#JeNeSuisPasUnDièse

Encore une histoire d’imprécision même si le Journal Officiel indique que la traduction officielle en France du mot hashtag est mot dièse. C’est ici une erreur de langage et certainement un manque de culture numérique.

Techniquement le hashtag est composé d’un croisillon # (Unicode : U+0023 — deux parallèles hachurées) suivi d’un mot-clé.
Le dièse (Unicode U+266F — deux verticales barrées) se retrouve en musique symbole d’altération en solfège.

Qu’est-ce que ça change ? Et bien en programmation informatique, utiliser un dièse ne fonctionnera pas aussi bien qu’un croisillon.
C’est d’ailleurs pour son utilisation en programmation informatique que le croisillon est présent sur le clavier, alors que le dièse nécessite une combinaison de touche (Alt+266F).

Au final, si l’on veut franciser le hashtag autant prendre la traduction québécoise : mot-cliquable.

#JeSuisUnÉtendard

Bien au-delà de son utilisation de classement par thématique, le hashtag va permettre d’ouvrir des flux de communication pour suivre des événements en live et interagir. Plus récemment, le hashtag s’utilise comme un étendard, derrière lequel on se regroupe pour défendre des causes, des idées : #JeSuisCharlie, #BringBackOurGirls, #RefugeesWelcome

#JeVaisÉvoluer

Tout comme le sigle @ des années 90 ou les célèbres www. des années 2000, le # s’est érigé comme un symbole de modernité dans la communication des années 2010. Ces symboles sont issus des usages, deviennent des marqueurs de l’Histoire, mais aussi des marqueurs temporels.

En tant que communicant, la question à se poser à l’arrivée de 2020 c’est de savoir quel symbole pourra prendre le dessus ?

 

 

Shares