[icon name= »creative-commons » class= » » unprefixed_class= » »]  : BY NC SA

La campagne électorale pour les régionales 2015 est officiellement lancée. L’occasion pour moi de regarder d’un peu plus près la communication visuelle engagée par les différents candidats de ma région.

J’évoquais déjà lors des élections départementales 2015 la sous-utilisation de l’affiche électorale à travers cet article. C’est toujours un exercice difficile pour les partis qui ne savent pas sur quel pied danser.
Je vais donc étudier les candidats de ma région (Nord-Pas-de-Calais-Picardie) où il semble y avoir un grand enjeu politique (donc des moyens conséquents normalement). Je tiens à préciser ici que l’analyse se porte sur la communication de l’affiche de campagne et nullement sur l’idéologie politique du candidat.

Candidat n°1 : pour toi public.

candidat1.png

Que nous raconte cette affiche. Pas grand chose tant sa composition est du déjà-vu.
Premier plan : le portrait d’un candidat, qui porte sur lui les traits de l’âge, cheveux blancs, sourire neutre. Un col fermé au dernier bouton d’une chemise bleue, serré par une cravate bleue… Il y a un drôle de pli sur le cou qui accentue ce côté serré ou coincé.

L’arrière-plan : un paysage urbain, des buildings d’un quartier d’affaires avec quelques arbres, un ciel gris. C’est assez flou, on perçoit presque un voile brumeux sur la droite (à mon avis c’est une astuce graphique pour ré-hausser le contraste avec le texte… pourquoi pas).

Le choix de couleur : la froideur du bleu, la faiblesse d’un violet vient faire ressortir la lumière chaude du visage.

L’ensemble : un côté business, ce code vestimentaire bleu (ok ça met en valeur ses yeux, que l’on ne voit pas bien) accentue le côté chef d’entreprise, patronat, assez traditionaliste (je l’oppose à l’esprit start-up, ou non pyramidal).

Le slogan : « Pour vous »… parce que je le vaux bien ? Le vous semble signifier « Région Nord- Pas de Calais- Picardie ». Mais je me demande pour vous… quoi faire ?
Ce slogan n’apporte aucune solution, aucune réponse à la question « Pourquoi voter ce candidat ? » – Pour vous… « Bah si c’est pour moi alors, ça ne changera pas grand chose ».
La typographie, parfois carrée, parfois ronde, au crénage irrégulier, aux ligatures non maîtrisées… On note l’effort d’utiliser une variante oblique histoire d’apporter un peu de dynamisme, et encore l’angle n’est même pas identique à celui de la cartouche violette (oui je chipote un peu).

En conclusion : c’est froid, distant, sans fond. Une figure sympathique mais hiérarchique distante de la population locale. Un message sans solution, loin d’être concret.

 

Candidat n°2 : l’animateur radio.

candidat 2

Une affiche propre, moderne par son minimalisme, qui me fait penser aux récentes campagnes des médias qui affichent leurs animateurs vedettes.

Premier plan : le portrait d’un candidat, cheveux grisonnant, visage souriant, regard souriant, un côté bon-vivant et chaleureux. Une posture décontracte, un col déboutonné, une sobriété qui le rapproche du lecteur. Un visage lumineux, une lueur dans les yeux (on appelle ça un flash). Il a l’air sympa.

L’arrière-plan : neutre… hyper neutre. Un côté prise de vue en studio qui éloigne le candidat du terrain. Un gris fade, froid.

Le choix de couleur :  gris, cyan, bleu foncé… Ça reste neutre, mais surtout fade et froid (à l’image de la région ?).

L’ensemble : c’est cette neutralité qui me laisse penser aux campagnes des radios… J’y vois facilement un logo comme France-Inter ou RTL avec l’heure de l’émission.

Le slogan : « Notre Région au travail ». Euh, c’est un sous-entendu ? Notre Région n’était pas au travail ? Le traitement typographique du « au travail » raisonne comme un ordre… Dans une région touchée par le chômage, victime d’un passé maritime, minier et agricole, le slogan sonne étrangement. Sans parler que ce thème est rabâché à toutes les sauces depuis longtemps, que ce soit une inversion de courbe ou une revalorisation de friche.
La typographie est simple, assez neutre. Le basculement du bloc texte pour apporter une petite folie à cette mise en page (ou pour rappeler l’oblique des sourcils peut-être).

En conclusion : c’est froid, fade, neutre, non identitaire… on me montre une figure mais pas une région… Une figure sympa mais un slogan limite autoritaire.

 

Candidat n°3 : la force tranquille.

candidat3

Une affiche qui sent le terroir (vue sur le cap blanc nez : côte d’Opale) et qui reprend les codes déjà utilisés dans une célèbre campagne de 1981.

Premier plan : la candidate mise en lumière, sur la droite. Un sourire neutre, on hésite presque à y voir une grimace. Pas de véritable expression, un sentiment de sérénité. Un œil brillant (toujours le coup de flash). Un portrait simple ni chaleureux, ni froid.

L’arrière-plan  : beau soleil, ciel bleu sans nuage, végétation touffue, l’horizon maritime « ouvert ». Un effet de calme et de sérénité accentué par les lignes horizontales du paysage.
La ligne formée par la mer vient croiser la ligne formée par la route. Et que voit-on à cette intersection ? Un clocher d’église ! La France profonde, avec ses valeurs religieuses, rurales, traditionnelles, d’un ancien temps. « Mon village, au clocher aux maisons sages… »

Le choix de couleur :  du bleu ciel, du bleu opale, du bleu marine et un vert réchauffé par le jaune du soleil (et des champs). Un côté estival. Et surtout la présence du tricolore français…

L’ensemble : avec cette mer (ou mère) tranquille la candidate se pose comme la valeur sûre, garante d’une région française calme, traditionnelle aux valeurs respectées (même si derrière ce cap, se cache Calais et ses migrants…).
Pour moi ce clocher et cette construction d’image sont fortement inspirés de la campagne du président victorieux de 1981 : la force tranquille. On est en 2015 vous êtes sûr ?force-tranquille

Le slogan : « Une région audacieuse, Une présidente courageuse ». Ce slogan, surmonté d’un logo Régionales 2015 (une identité !?), possède une force par sa simplicité et sa rime. Il donne un cap (sans jeu de mot) et une identité à cette région qui sera audacieuse. La deuxième partie « Une présidente courageuse », donne la valeur de la candidate mais joue avec le rôle de présidente. Est-on encore au niveau de la région ou est-on sur les présidentielles de 2017 ?
La typographie simple, forte et dynamique, mais franchement pas exceptionnelle, semble un peu flotter.
Une petite remarque, on ne souligne pas le nom de la région. La candidate est-elle automatiquement identifiée à la région, ou est-ce le paysage, ou ai-je une version spéciale de l’affiche ?

En conclusion : un effort de s’inscrire dans le territoire et de rassurer par des valeurs traditionnelles d’une vieille France rurale calme (et endormie ?).

 

Candidat n°4 : la force moins tranquille.

11703300_993720183983029_2644871663404891442_o

Une affiche qui sent le terroir (une jolie vue de Maroilles) mais pas vraiment la tranquillité.

Premier plan : techniquement le premier plan c’est ce bandeau violet oblique qui est le nom du parti représenté. Juste derrière ce bandeau, sur la gauche on peut voir le candidat et son président de parti.
Un candidat jeune, bien habillé col fermé mais pas serré, coiffure impeccable, regard et visage souriant, légère barbe (un côté mannequin angélique ?). On note la présence de la croix de lorraine fièrement épinglée (symbole de la lutte contre la tuberculose mais surtout de la résistance, de la France libérée, du mouvement gaulliste). Derrière en ajout (différence de puissance et d’orientation de la lumière, colorimétrie différente), un personnage plus souriant, plus âgé, plus détendu au niveau vestimentaire. On a un petit côté père-fils ou témoins de Jéhovah (au choix).

L’arrière-plan  : comme pour la candidate précédente, on retrouve ici la France traditionnelle et ses valeurs du terroir. Le ciel est moins bleu, la végétation est plus hivernale (arbres sans feuilles, talus défraichis). Si on regarde entre les deux personnages on peut s’apercevoir d’un montage photo qui consiste à faire un effet miroir de l’image pour la prolonger (une ligne verticale est facilement traçable pour matérialiser l’axe de symétrie).

Le choix de couleur :  du bleu ciel, du gris, du vert, une lumière blanche et un gros bandeau violet, pas de véritable harmonie, ni d’émotions.

Le slogan : pas évident de le trouver. Nous avons ici deux noms de famille à taille égale. Le slogan est-il le nom du parti (Debout la France !) ? Si c’est le cas, sur une élection régionale ce n’est pas vendeur et loin d’être identitaire. La typographie, simple, impactante est ici  non hiérarchisée et donne l’impression de fouillis au niveau des infos à transmettre.

En conclusion : un effort de s’ancrer dans le local sans pour autant apporter de solution régionale. Un message confus, pour qui ou quoi dois-je voter ?

 

[Ajout]

Comme le souligne @zackounet59, la législation interdit l’utilisation des 3 couleurs nationales sur les affiches électorales… On souligne donc la subtilité d’avoir créé un logo de parti  » Régionales élections 2015″ afin d’intégrer ces trois couleurs sur l’affiche tout en supprimant l’identité du parti officiel et en focalisant sur la candidate.
[/Ajout]

Remarque générale, se mettre d’accord sur l’orthographe de la région (cette histoire de tiret est d’un complexe)
Nord – Pas de Calais – Picardie
Nord – Pas-de-Calais – Picardie
Nord-Pas-de-Calais Picardie

L’affiche électorale, ou campagne politique reste un exercice très très difficile, mais rien qu’en regardant ces quatre candidats, il est évident que certains se donnent les moyens d’atteindre leur objectif en réfléchissant et en utilisant des codes de communication qui illustrent une volonté.
Avec un peu de curiosité on retrouve les quatre cas de figure dans les autres régions.

N’oublions pas que l’enjeu c’est la présidence de la région et que l’identité régionale est quelque chose de sacrée dans notre pays.
Personnellement j’aurai joué la carte de l’identité régionale sans pour autant retourner dans la vieille France et ses clichés… surtout que notre région est mise en avant pour sa 3e révolution industrielle (par exemple). Mais je ne suis pas à la place des communicants ni des décideurs.

 

A relire :

Mon interview au Courrier Picard : L’affiche reste le dernier visuel que voit l’électeur avant de voter.
Élections 2015 : affiche électorale la bataille (perdue) de l’image.