L’Esprit républicain est parmi nous,
Descendu sur ses apôtres,
Révélation lexicale pour ces dirigeants égarés.
Amen.

République, ils crieront ton nom.
Ce nom devenu gage de vertu.
Derrière-toi ils tireront la couverture à eux,
Réchauffant leurs froides pensées de tes valeurs.
Telle Excalibur, ils te brandiront,
Rameutant les égarés, les abusés, les apeurés.

République, ils détruiront ton nom.
Qu’es-tu vraiment ?
Conservateurs latinistes,
Res publica n’est-il pas chose publique ?
De tes sans-culottes au Général,
Symboles passés,
Désormais repris et détournés.

Alors je suis aveugle,
Tant les opposés s’approprient ton nom,
Telle une onction divine.
Dois-je avoir ta carte, pour en être,
T’épingler fièrement au torse,
Et te clamer à chaque phrase,
Sous peine de rejoindre les infréquentables ?

S’agripper à un siège, assoiffé de pouvoir.
S’animer d’un esprit revanchard.
Détourner tes valeurs pour diviser et mieux régner.
Souhaiter une République de droits et devoirs en privilégiant une partie.
Souhaiter une République de confiance en en abusant.
Exhiber tes héros passés comme gage de qualité d’un présent respectant tes valeurs.
Rabaisser le débat à coup de moqueries, par manque de concrets.
Se cacher derrière un pacte ou le renier.
Vouloir te relever… Es-tu tombée ?

[…]
Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
[…] ¹

 

Qu’est-ce qu’appartenir à cette République Française ?
Vous avez 4 heures, à vos crayons.

 

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales. »
Article 1 de notre Constitution.

 

¹ – Liberté. Paul Eluard, Au rendez-vous allemand, 1945.